Challenge du mois d’Octobre : réduire son impact numérique

Présentation du Challenge du mois d’Octobre

Petit rappel sur les challenges du mois : il a été prouvé qu’après avoir pratiqué un geste ou une attitude pendant 21 jours consécutifs, ce geste devient une habitude ! Alors mettons en place ensemble de nouvelles habitudes éco-responsables. 

Comme vu dans l’article « zéro déchet au quotidien », le zéro déchet est un but final. La transition vers ce concept n’est pas immédiate, ainsi, la production de déchets est encore présente pendant ce changement. 

En Février, nous avons essayé de mettre en place le tri afin de limiter l’impact environnemental des déchets que nous produisons encore, en Mars nous avons réduit le plus possible notre consommation de gobelet ou bouteille en plastique en prenant notre gourde, en Avril nous avons fabriqué des éponges tawashi avec des chaussettes usagées, en Mai nous avons fait la comparaison entre deux brosses à dent écologiques et nous avons choisi celle qui nous convient le mieux. En Juin, malheureusement je n’ai pas pu faire d’article. En Juillet, nous avons fabriqué des emballages alimentaires écologiques ! En Août, nous avons mis en place l’habitude de manger des fruits et légumes de saison. Enfin, en Septembre nous avons faire nos courses de produits frais en vrac !

Dans la poursuite de ces challenges, je vous propose de mettre en place une nouvelle habitude quotidien en octobre !

En octobre, il commence à faire froid, et nous avons envie de rester bien au chaud sous un plaid avec un bon thé (de préférence de Noël). Alors pour ce mois de transition vers le froid, je vous propose de ne pas bouger de votre endroit doué, et de réduire votre impact numérique.

Pour réduire cet impact, plusieurs choses peuvent être mises en place :

01


Mails

Gardez toujours à l’esprit que l’accumulation de vos mails ne sont pas bon pour la planète. Leur stockage consomme de l’énergie, surtout si vous avez mis en place un Cloud où vos mails sont synchronisés sur votre ordinateur, tablette, et portable. Votre boite mail est souvent tjrs active sur vos appareils, donc la synchronisation se fait très souvent dans la journée, alors la suppression des mails inutiles vous permettra de réduire votre impact.

02


Newsletters

Les newsletters ont un impact important sur notre consommation d’énergie. Le nombre de mails augmentent par la souscription à toutes ces newsletters. Il est important de se désabonner quotidiennement afin de réduire le nombre de mails reçus par jour. Et puis, soyons honnêtes, nous les supprimons ces mails avant de connaitre leurs contenus. Alors autant ne plus les recevoir.

03


Télévision et appareils électroniques

Nous ne les voyons pas, mais notre télévision consomme de l’énergie. Et si nous éteignons nos appareils mis en veille, pour qu’ils ne consomment aucune énergie lorsqu’ils ne sont pas utilisés ?

De plus, lorsque nous ouvrons plusieurs onglets dans notre page de recherche, cela consomme de l’énergie sans pour autant qu’il soit consulté.

04


Acheter des appareils reconditionnés

Nous le savons, la plupart de nous aimons avoir des objets neufs afin d’avoir la garantie que celui-ci aura une performance optimale. Mais il est important de garder à l’esprit que les appareils reconditionnés sont tout aussi performants, mais ils sont moins chers. Et nous pouvons ajouter à cela que nous avons moins pollués étant donné que notre « nouvel » appareil a eu des réparation mais n’a pas été refabriqué du début à la fin !

Impact environnemental du numérique en France

Je vais vous donner quelques chiffres, le but de cet article n’est pas de vous culpabiliser mais seulement quelques chiffres peuvent nous permettre de nous rendre compte des impacts que nous n’avions pas quantifiés.

Le 20 juin 2020, la Convention citoyenne pour le climat adopte à 98 % des mesures pour « Accompagner l’évolution du numérique pour réduire ses impacts environnementaux »

Le 23 juin 2020, le collectif GreenIT.fr publie un rapport sur les impacts environnementaux du numérique en France qui montre qu’un Français a deux à six fois plus d’impacts que la moyenne mondiale, notamment à cause d’un taux d’équipement deux fois supérieur.

Le 24 juin 2020, le Sénat français publie un rapport sur l’empreinte environnementale du numérique en France, lequel sans action corrective pourrait représenter 7 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2040 contre 2 % en 2020. La fabrication des terminaux, le plus souvent en Asie, pèse à elle seule 70 % de l’empreinte carbone. Les sénateurs proposent notamment une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne, des sanctions plus fortes contre l’obsolescence programmée, une TVA à 5,5 % sur la réparation des smartphones ou l’achat d’un téléphone reconditionné et l’interdiction des forfaits mobiles illimités

Alors que le Conseil national du numérique (Cnum) et le Sénat ont proposé d’interdire les forfaits mobiles avec accès aux données illimité, un article du journal Les Échos rappelle que, contrairement aux idées reçues, les réseaux des opérateurs ne génèrent que 5 % des émissions liées au numérique, loin derrière les centres de données (14 %) et la fabrication des smartphones (80 %), qui est réalisée dans des pays encore très « carbonés » comme la Chine. Par ailleurs, les forfaits mobiles sont aujourd’hui quasiment tous plafonnés.

Recommandations générales

Un rapport publié par GreenIT.fr en octobre 2019 préconise quatre principales mesures de réduction de l’empreinte environnementale du numérique :

  • réduire le nombre d’objets connectés en favorisant leur mutualisation et leur substitution et en ouvrant leurs APIs ;
  • réduire le nombre d’écrans plats en les remplaçant par d’autres dispositifs d’affichage : lunettes de réalité augmentée / virtuelle, vidéo projecteurs LED, etc. ;
  • augmenter la durée de vie des équipements en allongeant la durée de garantie légale, en favorisant le réemploi, et en luttant contre certaines formules d’abonnement ;
  • réduire les besoins des services numériques via leur écoconception.

Il est également possible de réduire sa consommation énergétique liée à Internet en suivant les recommandations suivantes :

  • remplacer les ordinateurs par des tablettes ou smartphones dès que possible et notamment en usage loisir ;
  • se renseigner sur la consommation électrique des appareils électroniques au moment de leur achat ;
  • limiter le nombre d’onglets ouverts dans le navigateur  ;
  • prendre le temps de bien formuler ses recherches afin de limiter le nombre de requêtes ;
  • limiter le streaming de vidéos ;
  • ajouter les sites les plus consultés aux favoris afin de ne pas avoir à recourir aux moteurs de recherche ;
  • supprimer les courriels inutiles et se désabonner des infolettres indésirables.
  • télécharger des moteurs de recherches respectueux de l’environnement comme Ecosia.

Sources

Merci d’avoir lu l’article et n’hésitez pas à me donner vos expériences, ressentis et avis afin de partager ensemble nos avancés vers un quotidien limitant notre impact environnemental.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :